Yvan Ponton donnerait une punition pour cabotinage.

Jean-Marc Fournier, l’ineffable libéral protecteur de son chef, en a sorti quelques bonnes.

Je suis déjà allé sur la galerie de la presse à Québec et des fois, ça sentait la maternelle à plein nez à voir les députés durant la période de questions. Mais à la télé, quand j’ai vu Jean-Marc Fournier fustiger la CAQ, je me suis étouffé de rire, j’ai sifflé et lui ai décerné une punition pour cabotinage.

Tout cela vient de ce transfuge qui aurait amené des documents confidentiels au Parti libéral en quittant la CAQ. Notre ami Fournier y est allé d’une déclaration-choc disant que même sans ces documents, on savait exactement ce que faisait la CAQ et avec un sourire fendu jusqu’aux oreilles.

Dans cette affaire, le Parti libéral et au premier titre, son chef Philippe Couillard, a encore une fois démontré son manque d’éthique et de rigueur face à la population. Si ce parti continue d’aller chercher du monde à la CAQ, un beau matin, François Legault va-t-il se retrouver ministre libéral? Des journalistes ont rapporté qu’il y avait de la grogne de la part des députés face aux dernières frasques de M Couillard qui passe son temps à défendre l’indéfendable. Il aurait incité le M Plante à donner sa démission pour calmer le jeu au sein de son propre parti.

Les péquistes doivent être contents, ils ne sont plus les seuls en crise existentielle…