Une augmentation d’environ 160$ l’an en moyenne

« Un budget responsable pour les générations futures! », c’est ainsi qu’était qualifié le budget de la prochaine année de la Ville de Lac-Mégantic par la maire, Mme Julie Morin.

L’un des points importants est certes le fait que l’endettement total à long terme de la Ville a diminué de 1,7M$ cette année, totalisant ainsi, en enlevant les montants dus du 6 juillet 2013, de 4,9M$ sur les quatre dernières années. L’endettement total se situe donc présentement à 34,2 millions mais si on enlève les avances de fonds des gouvernements supérieurs qu’il faut rembourser, l’endettement joue dans les 24,7M$ comparativement au pic de 2011 à 30,7M.

On parle d’un budget augmenté de 4,8% par rapport à 2018 à 18 197 100$. Ce budget équilibré annonce une hausse du taux de taxation de 1% pour tout le monde, sauf les commerces dont le taux est gelé. Le taux résidentiel passe à 1,2878$/100$ et le taux industriel à 2,8610$/100$. La hausse du rôle s’établit à 420 800$ rapportant ainsi, au total, 68 700$. Si on considère la valeur moyenne d’une résidence à Lac-Mégantic (165 500$), le compte de taxes augmente de 13,67$ par mois. À noter que la tarification des services connaîtra une hausse cette année puisqu’on veut se rapprocher du coût réel de revient de ces services. De 304$ en 2018, la taxe sur l’aqueduc et égouts passera à 335$, une hausse de 31$. Pour les propriétaires de piscine, le taux passera de 45$ à 51,50$. Ceux qui ont un compter d’eau verront une hausse de ,018$ du mètre cube pour passer à 1,57$ du mètre cube. La collecte des déchets, des matières compostables et la collecte sélective demeurent à un taux inchangé.

Le plan triennal en immobilisation est également assez bien garni avec des projections de 11 881 000$ mais on compte bien réduire ce montant de 8 881 000$ en subventions diverses. Les points saillants pour 2019 sont 2 millions de dollars pour la construction d’une capitainerie à la marina. On explore présentement diverses options comme la propriété de la Ville avec un concessionnaire, une gestion totale de la Ville, une gestion par le privé ou une OBNL. 500 000$ seront consacrés à mettre en branle le projet de construction de la nouvelle caserne de pompiers et, en 2020, on mettra 4 695 000$ à sa construction. L’Espace Jeunesse y va d’un montant de 1 590 000$, on fera d’importants travaux dans le Rang 10 pour 1 040 400$ et la réfection d’aqueduc et d’égouts sur la rue Champlain pour 1 700 000$. À noter qu’on procédera, probablement au printemps, à la démolition de l’ancien couvent sur la rue Dollard pour un montant de 200 000$. Les propriétaires s’étant volatilisés dans la nature, cette facture revient à la Ville mais on négocie présentement une participation de la Commission scolaire des Hauts-Cantons.

La somme 9 millions que la Ville avait obtenu du recours collectif reste à la Financière Banque Nationale. Les 200 000$ d’intérêts de la dernière année avaient été utilisés mais pour 2019, on n’entend pas y toucher. Il faut savoir que suite à la catastrophe, les gouvernements supérieurs avaient avancé des fonds à la Ville qu’elle doit maintenant rembourser au fur et à mesure de la présentation des factures. Il en reste pour environ 9,5 millions. Si jamais, de ce total, il y avait une balance, l’argent placé servira à payer le tout.

Finalement, pour 2010, la Ville sera en renégociation de la convention collective de ses employés, on travaillera à restructurer et optimiser certains services et on se penchera également sur une planification stratégique pour les prochaines années à laquelle les citoyens seront invités à participer.

Finalement, on mettra en place une politique d’achat local. Mme Morin terminait: « Pour les contrats de moins de 50 000$ nous avons une certaine marge de manœuvre. Nous désirons privilégier les entreprises locales, ce qui fait que nous pourrions établir un certain pourcentage au-dessus de la soumission la plus basse. Cela reste encore à déterminer. »