Un incinérateur régional?

Le ministère de l’Environnement empêche l’arrivée de nouvelles industries à Lac-Mégantic… que faire?

La nouvelle est tombée cette semaine, les taux d’arsenic dans l’air dans notre ville sont quelque peu élevés tout en ne présentant pas de danger immédiat pour la santé. Cependant, si on devait ajouter des industries dans le parc industriel leur part à la pollution ambiante ferait qu’on dépasserait les seuils sécuritaires. Alors, le développement économique fait du sur place.

L’automne dernier, est venu à mes oreilles le fait qu’on discutait de construire un incinérateur régional sur le territoire. En lisant la nouvelles sur les taux d’arsenic, on peut, je crois, faire un plus un égale deux. Des entreprises comme Bestar ou Tafisa dépensent des sommes énormes pour aller faire brûler leurs résidus. J’ai comme pas mal de difficulté à entendre qu’on pourrait trouver une valeur ajoutée à ces résidus. Si on le pouvait, au prix que coûte le transport et la disposition de ces résidus, il y a belle lurette qu’on aurait trouvé une solution de « plus value ». Ils portent bien leur nom: résidus.

Maintenant, l’idée d’un incinérateur régional ne vous fait sans doute pas sourire. Mettons que comme vous, je le vois mal dans ma cour. Par contre, il faut mettre deux arguments sur la table: les normes de construction sont très strictes et on a du territoire en masse.

On ne construit pas un incinérateur régional comme on bâtit une maison. Le ministère de l’Environnement a des normes qu’on doit mettre en place et elles sont sévères. Ces installations ne doivent pas causer de problèmes à la population. Alors, l’idéal est de trouver un endroit isolé où le construire tout en le rendant relativement facile d’accès. Dans les MRC du Granit et du Haut-St-François, nous avons des espaces éloignés des populations qui pourraient accueillir cette infrastructure.

Ce qui me surprend, c’est qu’on ait mis autant de temps à sortir cette nouvelle. Pendant que des gens s’époumonent à essayer d’attirer de nouvelles familles chez nous, de l’autre côté, on ne peut pas prendre d’expansion en terme d’industrie. Est-ce qu’on attendait que la population soit, en quelque sorte, insensibilisée à la construction d’un incinérateur régional? Tant qu’on le construira loin des habitations et qu’il répondra à des normes très sévères, je n’ai aucun problème avec çà!