Un grand pas en avant!

Les nouveaux aménagements et les nouveaux équipements ont été présentés en grandes pompes. Le directeur de l’usine IMM, M Daniel Hamann, a expliqué ainsi le déroulement des opérations: « Nous avons commencé le processus en 2013. Nos équipements se devaient d’être renouvelés pour accroître la productivité et nous étions aussi à l’étroit. Le choix de l’édifice de Logi-Bel devenait logique en ce sens que la surface et les aménagements de base répondaient à nos besoins. Nous avons tout d’abord investi dans l’aménagement de la bâtisse que nous occupons à un peu plus de 80%. Nous avons réussi à concrétiser ce projet sans arrêter la production, sauf un court laps de temps pour le transfert de certaines opérations de la rue Notre-Dame au parc industriel. Et, la bonne nouvelle, nous avons pu récupérer de l’espace dans l’usine de la rue Notre-Dame. Ceci nous a permis de travailler au développement d’un nouveau produit, des panneaux anti-feu. C’est encore embryonnaire comme production mais nous sommes sur la bonne voie. C’est un produit de niche, on ne s’attend donc pas à une grande production de masse mais plutôt à répondre à un besoin qui a été exprimé. »

Avant que les dignitaires fassent une visite des lieux, le chef du département des finances de Masonite, M Russ Tiejema, n’avait que de bons mots pour l’équipe méganticoise: « Au cours des deux dernières années, vous avez effectué un gros travail d’équipe qui nous amène aux succès d’aujourd’hui. Nous avons investi 10  millions de dollars dans l’installation et la modernisation de nos équipements et la synergie dont vous avez fait preuve nous rend tous très fiers. »

De nouvelles presses, une nouvelle technologie de jointage, une complète intégration des opérations vont certes permettre une production de qualité et une valeur ajoutée toujours aussi importante dans les produits finis.

Quant au recrutement de personnel, M Hamann, étant lui-même un spécialiste des ressources humaines, répondait ainsi à une question sur le sujet: « C’est certain que pour la nouvelle génération de travailleurs, des équipements à la fine pointe sont un atout. Quand nous avons présenté les nouvelles chaînes à d’anciens employés, l’un d’eux disait qu’avec de tels outils, il aurait pu travailler jusqu’à 80 ans. C’est certain que l’un de nos arguments dans la recherche de main d’œuvre sera une chaîne de production moderne. »