Trump et Couillard…

Des différences, mais des fois, pas tant que ça!

Commençons par l’ineffable président américain qui ne fait que vivre crise sur crise. Le congédiement du chef du FBI aura provoqué une tempête telle que des élus républicains, sans le dire publiquement, commencent à en avoir plein le dos. Le sénateur républicain John McCain ne s’est pas gêné lui, l’autre jour, pour faire part de ses craintes vis-à-vis cet individu. La procédure de destitution sera-t-elle enclenchée? C’est beaucoup trop tôt pour le dire mais la nomination d’un procureur spécial pour faire enquête sur les liens de Trump et son entourage avec les russes lui chauffe les fesses sérieusement. Le pire, c’est qu’il passe son temps à ne parler que de lui-même. Tout le monde est dans le champ, sauf lui. Même le réseau Fox commence à trouver ses réponses aux questions très douteuses par moment. Qui croire? Comey ou Trump? Le second ment comme il respire et vit dans un monde bien à lui. Choisissez!

Quant à notre ami Couillard, il doit voir poindre un vent de panique dans ses rangs. La CAQ a pris, par une très mince marge, la tête d’un récent sondage. Il n’en fallait pas plus pour que, partout au Québec, les associations libérales se réunissent et tentent de trouver une réponse au pourquoi du changement d’humeur des Québécois. Vous n’avez qu’à regarder les publicités, franchement partisanes, du gouvernement à la télé où on parle des priorités des libéraux. On est quand même pas tous des cons. Avec des sourires cois, les comédiens qui meublent cette pub essaient de nous faire croire que tout va pour le mieux. C’est absolument faux! Prenez juste la santé et l’éducation, on est dans un bordel comme on en a jamais vu au Québec. Et après ça, ils vont venir me dire que je suis prioritaire? À vous de juger…