Trump est parti…

et il a encore menti.

Enfin, Donald Trump s’en est allé en Floride et pour bien du monde, c’est un bon débarras. Mais, il ne pouvait pas partir sans faire un discours truffé de faussetés, ces faussetés qu’il colporte depuis qu’il est président et même avant.

La plus évidente de ces faussetés est lorsqu’il déclare que c’est grâce à son administration qu’un vaccin contre la COVID a été créé en neuf mois. FAUX! Le travail sur ce vaccin est un effort planétaire qui a mené à des vaccins aux États-Unis, en Europe, en Russie et en Chine. Les pays du Tiers-Monde ont maintenant plusieurs choix. Comment peut-il raisonnablement mettre dans ses réalisations la création du vaccin alors que depuis le début, il n’a pas cru à la virulence de la COVID. Faut dire que ce n’est pas d’hier que ses raisonnements ne tiennent pas debout.

Il est même allé jusqu’à terminer en disant qu’il sera de retour. À moins que la frange d’extrême-droite du Parti Républicain prenne le contrôle, il y a peu de chances pour qu’on le revoit en politique. Et ce n’est pas tout, il est largué par plusieurs grandes corporations qui, tant qu’à y être, ont coupé les liens ( entendre des contributions ) avec le GOP au moins pour les deux prochaines années. Et, vous le savez, l’argent est le nerf de la guerre. Si le GOP se colle encore à Trump ou aux trumpistes, sa survie en tant que parti est en jeu. On a vu des élus de ce parti commencer à s’éloigner de Trump et ses acolytes. On va sans doute être en mesure de voir l’ampleur de ces retraits dans les trois ou six prochains mois.

Et, n’oubliez pas qu’il est poursuivi pour harcèlement sexuel, pour des fraudes alléguées à l’impôt et il ne lui reste qu’une seule banque pour le financer et en plus, il lui doit 300 millions de dollars.

Mais, le trumpisme va-t-il lui survivre? On en reparle demain.