Trump est dangereux

Un républicain a déclaré dernièrement que si Donald Trump était le candidat à la présidence, ce parti reculait de 50 ans.

L’establishment républicain voit d’un très mauvais œil l’arrivée de cet individu dont l’égo surpasse de loin celui de l’ensemble des délégués à Cleveland. Ce discours qu’a fait sa xième épouse, dont un pan était une copie conforme d’un discours de Michelle Obama en 2008 ne tient pas d’un hasard, selon moi. C’était sans aucun doute un coup planifié de manière à la discréditer dans les médias qui se sont emparés de cette nouvelle et éludant tout ce qui pouvait être plus important. La pauvre, elle ne pouvait pas savoir que ces paroles avaient déjà été dites et ce qui est hallucinant, elle a presque les même flexions de voix en lisant son texte. Oui, elle le lisait, vous n’avez qu’à regarder ses yeux.

Le Parti républicain essaie de faire croire à tout le monde que c’est maintenant le grand ralliement derrière Donald Trump. Rien n’est moins vrai. Le premier, le président du parti, Paul Ryan, sonnait terriblement faux en annonçant que Trump devenait le candidat et qu’il fallait, avec lui, battre Hillary Clinton. Pare que l’objectif est de battre les démocrates, point final! On va mettre n’importe quel con candidat, le but est de battre Clinton.

Si jamais les Américains sont assez imbéciles pour mettre cet individu à la Maison Blanche, ils auront élu un mégalomane dangereux qui croit que ce qu’il pense est la voie, la vérité et la vie. C’est d’ailleurs une plaie politique sur notre planète l’élection de mégalomanes qui savent utiliser les médias à leur avantage. L’Histoire en a produit beaucoup, de ces mégalomanes, de Louis XIV à Mao en passant par Hitler et Mussolini. Donald Trump est un individu dangereux pour toute la planète à cause de la place que prennent les États-Unis sur l’échiquier mondial. Même Poutine fait attention où il met les pieds et maintient un état entier au secret. On apprend des choses de temps en temps, mais quelle est sa véritable force militaire? Trump, lui, en aura une sous la main pour tenter d’éliminer tout ce qui ne lui plaira pas.

Entre deux maux, faut choisir le moindre. Espérons que les Américains pencheront vers les démocrates et ne feront pas mentir celui qui croit que les républicains seront rayés de la carte pour des années à venir.