Trudeau, un leader?

J’avais écrit lors de son élection, qu’on verrait combien notre Premier Ministre peut être un leader dans un gouvernement minoritaire.

Et, je regarde ce qui se passe en ce moment avec les chemins de fer bloqués, et je m’aperçois qu’il est démuni devant ces manifestations. On réunit des ministres, on jase entre nous et avec des chefs des Premières Nations et au sortir, il nous dit quoi: « Nous voulons régler ce conflit par la négociation! » Le problème, c’est que ceux qui tiennent ces barricades ont plus l’air de manifestants qui sautent sur la première occasion pour foutre un bordel. Peu leur importe la cause, ils adorent passer pour des martyrs.

Les barricades ont été levées en Colombie-Britannique alors, expliquez-moi pourquoi elles sont toujours présentes en Ontario et au Québec? On nous dit que de lever ces barricades en impliquant la police ou l’armée créerait des images qui feraient le tour du monde et qui donneraient une mauvaise image du Canada. Une mauvaise image… tout est là avec Trudeau!

Ces gens qui manifestent dans la région de Montréal ont beau être membres des Premières Nations, ce sont aussi des gens qui ont la citoyenneté canadienne. Donc, logiquement, ces personnes sont soumises aux lois en vigueur au pays. De là, on explique aux vierges offensées qu’il y a des lois contre ce genre d’actions, surtout si elles perdures, et il faut les appliquer.

Présentement, c’est un bordel total au niveau du transport ferroviaire et comme l’image du paquebot, on ne repartira pas la machine en criant ciseau. Trudeau doit donc prendre le taureau par les cornes et être clair. C’est le travail d’un leader de tenter de régler le plus de conflits possibles à l’amiable mais quand c’est l’économie d’un pays qui en souffre, les droits de la majorité prennent le pas sur les « droits » d’une minorité de manifester.