On en est où?

Le 16 mai dernier, des représentants du ministère  fédéral des Transports et du ministère québécois de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, ont tenu deux séances d’information à l’intention de la population de Lac-Mégantic.

D’entrée de jeu, ils ont spécifié qu’ils venaient informer les personnes présentes du déroulement des travaux devant mener à la construction de la voie de contournement ferroviaire sur le tracé choisi et qu’il ne serait pas question de discuter d’autres options qui avaient été soumises au fil des mois.

On apprend donc qu’en août dernier, les propriétaires des terrains visés avaient été rencontrés afin d’initier les travaux géotechniques nécessaires pour connaître la composition des sols. Ces travaux sont maintenant terminés. Avant la tenue des réunions d’information grand public, les résidents de Frontenac, Nantes et Lac-Mégantic concernés ont été rencontrés par des représentants de Services publics et Approvisionnement Canada pour ce qui est des acquisitions de terrains et la gestion des contrats.

L’étude de faisabilité a débuté le 5 juillet 2018 et le rapport de la firme AECOM est attendu en septembre prochain. Les rapports géotechniques sont complétés et le rapport de la phase 2 viendra spécifier les paramètres techniques qui serviront à élaborer les plans et devis par CMQR qui sera responsable de la construction de la nouvelle voie. La compagnie de chemin de fer a d’ailleurs la responsabilité de l’embauche de la firme d’ingénieurs qui verra au projet.

La procédure d’évaluation et d’examen d’impact sur l’environnement, sous la responsabilité du MELCC est en cours et le BAPE débutera son mandat le 10 juin prochain. Il faut savoir qu’ici, deux rapports seront produits au ministre de l’Environnement. Un premier faisant état de la procédure d’évaluation et d’examen et un second du BAPE. À partir des conclusions de ces deux rapports, le ministre fera une recommandation au Conseil des Ministres pour une décisions finale. Ces rapports ne donneront pas de lignes directrices mais vont plutôt faire part d’études techniques et d’études d’impact autant sur les milieux humides que les conséquences pour la population. Le BAPE, pour sa part, devrait siégér à Lac-Mégantic vers la fin juin/début juillet pour recevoir les mémoires et commentaires des citoyens. Vous pouvez consulter le site du BAPE au https:/www.bape.gouv.qc.ca/fr/ pour être tenu au courant des procédures pour avoir du temps devant les commissaires à partir du 10 juin. Aussi, tous les rapports, questions et réponses en regard du projet sont disponibles sur le site du ministère de l’Environnement au http://www.ree.environnement.gouv.qc.ca/index.asp et utilisez le mot-clé Lac-Mégantic. Vous aurez ainsi accès à une pléiade de rapports et de communications dans ce dossier.

Transports Canada travaille présentement avec CMQR dans le but de signer une entente visant à encadrer les activités et obligations de la compagnie pendant le projet. Rappelons que CMQR sera responsable de la conception des plans et devis et retiendra les services d’une firme d’ingénierie. Cette négociation devrait aboutir sous peu et cette étape sera amorcée lorsque l’étude de faisabilité sera déposée à l’automne. Pour ce qui est du projet de gare de triage dans le parc industriel, il reviendra à la firme engagée par CMQR à étudier cette alternative pour s’assurer qu’elle répondra aux besoins opérationnels de la compagnie.

La phase de construction devrait débuter en 2020 une fois les plans et devis complétés et le processus d’acquisition des terrains suffisamment avancé pour qu’ils soient transférés à CMQR. Les propriétés à l’extérieur de l’emprise feront l’objet de mesures d’atténuation pour réduire les impacts pendant la construction et l’exploitation de la voie. Pour ce qui est de la voie actuelle, elle sera démantelés en 2023 et les terrains seront remis à Transports Canada qui les transférera ensuite. Il faut aussi savoir que Transports Canada fera une certaine surveillance des travaux effectués par CMQR.

Au niveau des interventions du public, plusieurs se sont montrés inquiets du fait que le triage sera transféré en haut de la côté dans le secteur Vachon au lieu de Nantes. Selon eux, on ne résout pas le problème de sécurité. D’aménager le triage dans le parc industriel règlerait le problème d’autant plus qu’il obligerait les convois à circuler à basse vitesse au lieu de traverser les lieux à toute vitesse pour rejoindre le secteur Vachon à Frontenac. On a aussi exprimé des craintes quant aux milieux humides, à la nappe phréatique qui alimente les foyers de Lac-Mégantic et la proximité de la voie par rapport à la Maison de la Cinquième Saison.

Les représentants du gouvernement ont invité les intervenants à se présenter aux audiences du BAPE pour faire part de ces craintes.