« On aurait cru entendre Gérald Tremblay! »

C’était la citation du jour, hier, de la part du député Amir Khadir.

Tout cela survient à la suite d’une période de questions houleuses où Philippe Couillard a été assailli de toutes parts suite aux déclarations de son ex-ministre Poëti sur de présumées irrégularités au ministère des Transports alors qu’il en était le titulaire.

Pour revenir un peu sur les évènements, à son arrivée, M Poëti aurait senti certaines irrégularités et aurait décidé de se pencher sérieusement sur le sujet. Il n’aura pas eu le temps de faire grand-chose avant que son patron le dégomme. Il adresse donc une lettre à son successeur pour le mettre au courant des dossiers en cours. Dans cette missive, il étalerait certaines pratiques, disons, douteuses. Au centre de ces allusions se trouve une dame sous-ministre qui, selon des politiciens qui l’ont connue, en mène pas mal large. Et ajoutez qu’il semblerait que l’UPAC n’enquête pas sur ces allégations pour garder de bonnes relations avec les fonctionnaires du MTQ.

Il n’en fallait pas plus pour que péquistes et caquistes se mettent à tomber à bras raccourcis sur le premier ministre qui ne trouvera, comme réponse, que de dire que c’était une campagne de salissage. Pas fort, M Couillard.

Donc, en conférence de presse, Amir Khadir le traite de « Gérald Tremblay », ce maire de Montréal qui aurait eu plein de magouilles autour de lui et qui n’aurait jamais rien vu. C’est loin d’être un compliment.

Personnellement, je pense que Philippe Couillard ressemble bien à Gérald Tremblay. Son manque de leadership et de contrôle est évident et justement, c’est à se demander si son entourage ne le protège pas trop de ce qui se passe autour de lui. À l’écouter, il a l’air un peu déconnecté.

« Gérald Tremblay, sors de ce corps! »