Nantes a passé une résolution très importante…

La municipalité refuse le tracé proposé de la voie de contournement ferroviaire.

Dans les attendus, parmi les raisons évoquées, on souligne le manque de consultations, que le tracé nord serait plus indiqué, que ce tracé n’obtient pas d’acceptabilité sociale, l’impact sur l’accessibilité aux propriétés touchées, la viabilité d’un commerce maintenant unique dans la région immédiate, un tracé qui occasionnera assurément la fermeture du Rang Pie XI et augmentera la circulation routière sur le 10ième Rang, que les gouvernements n’ont prévu aucune compensation pour les dommages colatéraux, que les services d’urgence risquent d’être plus enclavés et que Transports Canada n’a avisé les expropriés qu’à quatre jours d’avis de l’augmentation de pratiquement du double des terres touchées, à ces fins, et je cite : « (…) la Municipalité de Nantes refuse le tracé sud de la route 161 de son secteur et demande au ministres des Transports fédéral et provincial de reconsidérer l’un des tracés au nord de la Route 161. La Municipalité de Nantes demande de considérer les nouveaux impacts sur l’environnement par la surlargeur du tracé sud de la Route 161 versus des tracés du côté nord de la Route 161. »

En gros, ce que cela veut dire, c’est que Nantes ne digère pas l’annonce, quatre jours après l’approbation par le BAPE du tracé sud, du fait qu’on doublait les superficies à exproprier. Je l’ai déjà écrit, des fonctionnaires qui prennent une telle décision en quatre jours, c’est plus que suspect. Peut-on croire ici qu’on a floué tout le monde, même le BAPE, sachant très bien que cette modification aux plans s’en venait?

Et, on a aussi appris que l’Office des Transports du Canada, organisme indépendant et apolitique, doit approuver, aux termes de la Loi des Transports, un tracé ferroviaire comme celui dont nous parlons. Mais, il y a un hic! Cet organisme n’a aucun pouvoir coercitif, les promoteurs doivent présenter leur projet, l’Office ne reçoit pas de plainte et ne coure après personne. Alors, que faire?

Il est clair que ce projet ne respecte pas une loi fédérale. Il est clair que ce projet n’a aucune acceptabilité sociale, un élément qui entre en ligne de compte pour l’OTC. Il est aussi clair, suite au BAPE, qu’on n’a jamais sérieusement étudié des alternatives, ce que l’OTC exige. Donc, il faut trouver un moyen de mettre de la pression sur la Ville de Lac-Mégantic, le maître d’œuvre, pour que ce projet soit soumis à l’OTC.

On peut faire de la pression politique, par exemple, la Table des maires de la MRC se met derrière la Municipalité de Nantes et exige le dépôt du projet à l’OTC avant d’aller plus loin. On peut aussi y aller d’une mise en demeure largement publicisée qui mettrait la Ville de Lac-Mégantic dans une position difficile. Et, il y a peut-être aussi une foule d’autres moyens pour forcer les promoteurs à soumettre ce projet à l’OTC.

J’ai hâte de voir la suite…