Mercredi prochain, 16 janvier, vous êtes appelés à signer un registre…

A-t-on vraiment besoin de rénover à prix d’or un barrage?

Un petit peu d’histoire. Frontenac a, sur son territoire, le site archéologique Le Méganticois qui a fait l’objet de découvertes majeures. Sauf que depuis quelques années, on en entend pas parler autant. On se demande même, ce matin, s’il s’y effectue encore des fouilles. Et, pour préserver ce site, la Ville de Lac-Mégantic a acheté le terrain et venait avec, un barrage dans un état plutôt douteux. À noter que cette offre d’achat, pour le barrage, avait été faite à la municipalité de Frontenac qui avait refusé, sous l’administration Cloutier, avec comme argument qu’on voyait venir les frais pour le restaurer, l’entretenir et le surveiller.

Donc, sous l’administration Roy-Laroche, la Ville s’approprie le site et le barrage. On savait, à l’époque, qu’il y avait des investissements d’une certaine importance à faire sur ce barrage pour lui garder son efficacité. Et voilà que l’administration Morin arrive avec un règlement d’emprunt de près de 700 000$ pour effectuer des travaux majeurs, semble-t-il obligatoires.

Des citoyens s’élèvent contre ce règlement d’emprunt en ayant comme argument, primo que le montant à emprunter dépasse largement celui de travaux similaires ailleurs et que sans ce projet, les contribuables de Lac-Mégantic n’auraient pas eu une augmentation de taxes mais une baisse. Lundi prochain, ces citoyens concernés par le projet tiennent une conférence de presse à l’Hôtel de Ville pour faire part de leur point de vue.

Personnellement, je crois que la Ville de Lac-Mégantic n’avait pas besoin et n’a toujours pas besoin plus que d’un clou dans le pied de ce site et le barrage qui venait avec. Cette décision, à l’époque, était déjà très contestée par plusieurs citoyens. Mais, comme c’était l’habitude à l’époque, on n’avait aucune oreille pour les citoyens payeurs de taxes. Alors, une nouvelle administration se retrouve avec cet ouvrage sur les bras et les contribuables méganticois vont payer la facture d’un ouvrage situé sur le territoire du voisin au bénéfice des utilisateurs et des riverains du Lac-aux-Araignées. De plus, il semblerait qu’on peut poser l’argument qu’une municipalité ne peut pas être propriétaire d’un terrain dans une municipalité voisine. À partir de là, on pourrait, éventuellement, déclarer la transaction comme étant illégale et non-avenue.

Je ne suis pas spécialiste en barrage mais quand j’entends un ingénieur versé dans le domaine dire que cet emprunt est nettement exagéré, j’ai tendance à le croire mais je voudrais aller plus loin. Si 500 payeurs de taxes se présentent mercredi prochain à l’Hôtel de Ville, le conseil devra commander un référendum sur la question ou refaire ses devoirs et trouver une porte de sortie élégante dans ce dossier. Donc, je veux voir la suite et je vais aller signer le registre.