Les ambulanciers manifestent…

Au-delà des chiffres!

Hier, devant les bureaux du député Ghislain Bolduc, les ambulanciers de la région ont manifesté. Le coeur du litige est le fait qu’on est revenu, quelques mois après la tragédie de 2013, aux horaires de faction au lieu du temps à l’heure. La différence? L’ambulancier n’est pas sur place pendant tout son quart de travail et, pour vous donner une idée, il arrivera que les paramédics doivent partir de leur domicile la nuit pour aller à la caserne. De très précieuses minutes perdues parce que, prenons le cas d’un ACV, chaque seconde compte. Arriver avec un retard de sept minutes perdues à aller à la caserne peut faire une grosse différence pour le patient. De plus, les horaires à l’heure sont en place dans la région du Sagueney/Lac St-Jean. Pourquoi pas chez nous?

Le problème est qu’on se heurte à des statistiques. Je n’ai pas trop compris le principe mais selon ces statistiques, il n’y a pas de problème à garder les horaires de faction. Pourtant, sur le terrain, il appert que ces chiffres ne se confirment pas. Alors, pour ce ministre de la Santé, les chiffres seraient beaucoup plus importants que des vies humaines perdues ou gâchées.

Il serait temps que nos maires votent une résolution demandant au gouvernement de mettre en place les horaires à l’heure, comme après 2013. Parlez-en à notre préfet, elle a rencontré les ambulanciers hier pour savoir de quoi il retournait. Notre député les  a aussi rencontrés. Avec une résolution de la MRC, ce sera un argument de plus pour accélérer ces négociations et donner à notre population les services auxquels elle a droit.