Le rapport et les réactions: sécurité ferroviaire

Un rapport de la vérificatrice générale, Karen Hogan, déposé le 25 février à la Chambre des communes révèle que Transports Canada n’avait toujours pas donné suite à toutes les recommandations formulées dans un audit de 2013 du vérificateur général sur la surveillance de la sécurité ferroviaire qui ont été sélectionnées aux fins de suivi.

L’audit a montré que Transports Canada avait apporté des améliorations importantes à la planification et à la priorisation des activités pour surveiller la sécurité ferroviaire, et à l’égard de ses suivis des plans et des mesures établis par les compagnies de chemin de fer pour corriger les lacunes décelées lors des inspections. Toutefois, le Ministère n’avait pas évalué si ses activités de surveillance amélioraient la sécurité ferroviaire. Il n’a également pas mesuré l’efficacité des systèmes de gestion de la sécurité des compagnies de chemin de fer, et ce, malgré les nombreux rapports publiés au cours des 14 dernières années qui ont recommandé que Transports Canada vérifie et évalue ces systèmes.

« Les accidents ferroviaires peuvent avoir des conséquences graves, dont des pertes de vies et des dommages environnementaux dévastateurs », a affirmé Mme Hogan. « Je suis très préoccupée par le fait que 8 ans après notre dernier audit, il reste encore tant à faire pour améliorer la surveillance de la sécurité ferroviaire au Canada, en dépit des mesures prises par Transports Canada pour donner suite à nos recommandations. »

Le Rapport 5 — Audit de suivi sur la sécurité ferroviaire — Transports Canada — des rapports de la vérificatrice générale du Canada de 2021 peut être consulté dans le site Web du Bureau du vérificateur général du Canada.

Pour sa part, le député de Mégantic-L’Érable, Luc Berthold, est extrêmement déçu par les révélations de la vérificatrice générale du Canada. « La vérificatrice générale dévoile que Transports Canada n’a pas mesuré l’efficacité des systèmes de gestion de la sécurité ferroviaire. On inspecte plus, mais on ne fait rien pour s’assurer que les lacunes sont corrigées », déplore Luc Berthold.

Le rapport nous apprend qu’en 2019, il s’est produit 1245 accidents ferroviaires au Canada, soit 17% de plus que la moyenne des 10 dernières années. Soixante-douze personnes sont décédées des suites d’un accident ferroviaire en 2019. « Ces chiffres démontrent qu’il existe encore de nombreuses lacunes en matière de sécurité ferroviaire. En outre, il est très inquiétant de constater que même la vérificatrice générale soit préoccupée de constater que 8 ans après l’audit de 2013, il reste encore tant à faire pour améliorer la surveillance de la sécurité ferroviaire », poursuit M Berthold. Il est important de mentionner que le rapport indique que le trafic ferroviaire augmente constamment et que, parmi les marchandises transportées, le mazout et le pétrole brut ont connu une augmentation de 45% entre 2017 et 2018.

Par ailleurs, la vérificatrice générale a révélé que Transports Canada n’avait pas de norme établie en ce qui concerne le temps qu’il pouvait prendre pour évaluer si les compagnies de chemin de fer avaient apporté des mesures correctives. « Pendant ce temps, les trains continuent de circuler sans que Transports Canada n’ait l’assurance qu’ils le font de manière sécuritaire ».

« Le précédent ministre des Transports répétait sans cesse que la sécurité ferroviaire était sa première priorité. Le rapport nous démontre qu’il a visiblement échoué. J’invite le nouveau ministre des Transports à faire mieux, plus vite, et à faire en sorte que cette fois, ce rapport ne reste pas sans réponse », conclut Luc Berthold.  (Source: Isabelle Laplante )

Finalement, la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic considère, après la lecture du récent rapport de la Vérificatrice générale du Canada sorti en début d’après-midi et portant sur la sécurité ferroviaire, que l’organisme fédéral de Transports-Canada a failli à ce jour à la tâche de bien protéger la population canadienne contre les risques inhérents aux déraillements de trains transportant des matières dangereuses au Canada.

Malgré la tragédie ferroviaire de 2013 à Lac-Mégantic qui a provoquée la mort de 47 personnes et détruit le centre-ville de notre localité, Transports-Canada, selon la vérificatrice générale Karen Hogan, n’a pas su démontrer depuis 2013, que ses activités de surveillance ont contribué à améliorer la sécurité ferroviaire au pays. Transports-Canada n’a pas su non plus mesurer l’efficacité des systèmes de gestion de la sécurité des compagnies ferroviaires, ni intégré les résultats de ses vérifications dans la planification de ses activités de surveillance de la sécurité ferroviaire auprès des mêmes compagnies.

L’organisme citoyen de Lac-Mégantic tient aussi à rappeler aux médias que malgré la tragédie de 2013, qu’il a dû à deux reprises en 2019 et en 2020 adresser des mises en demeure à l’ex-ministre des Transports Marc Garneau, afin que la voie ferrée traversant Lac-Mégantic soit réparée de façon sécuritaire. Un rapport de Transports-Canada de mai 2019 avait portant bien identifié la présence de 253 rails défectueux sur la voie ferrée entre Farnham et Lac-Mégantic. Malgré cette procédure judiciaire initiale, la condition des rails était toujours préoccupante en 2020 à Lac-Mégantic.

Malgré l’acquisition du tronçon ferroviaire par le Canadian Pacifique en décembre 2020, la population de Lac-Mégantic vit toujours dans la crainte d’une autre tragédie considérant que des matières dix fois plus dangereuses que le pétrole circulent quotidiennement sur les rails du nouveau centre-ville, alors que la construction de la voie de contournement se fait toujours attendre!

Pas étonnant que le Bureau de la sécurité des transports ait rapporté pour l’année 2019 une augmentation de 17% nombre des accidents et incidents ferroviaires au Canada comparativement à la moyenne des dix dernières années. Ces augmentations sont constantes année après année depuis la tragédie de 2013 survenue à Lac-Mégantic. ( Source: Robert Bellefleur )