Le rapport du BAPE…

Est-ce que je lis bien entre les lignes?

Dans ce rapport, on recommande de travailler plus sérieusement sur le statu quo dans le sens de faire une étude complète et d’informer la population. La question qui se pose est pourquoi une telle recommandation?

Si on lit entre les lignes, probablement que les commissaires ont jugé que le triage sur un faux-plat n’était pas l’idée du siècle. Et n’oubliez pas qu’un train n’avance pas tout seul sur un terrain plat. L’épée de Damoclès serait peut-être bien plus le danger que représente ce triage sur la voie qui a le dérailleur que les produits qui sont transportés.

Cette solution mérite d’être envisagée sérieusement. N’oubliez pas que le rapport du BST faisait part de 14 facteurs qui ont mené à la tragédie et si on en enlève un, c’est une toute autre histoire. Le facteur le plus aggravant, cependant, est cette pente raide et le faux-plat à partir de Nantes.

Je vous entends protester: « Quoi? Ramener le triage au centre-ville? » Et pourquoi pas? Ce que la majorité des gens demandent est un rehaussement de la sécurité qui passerait par une voie de contournement ou le statu quo. Si on y va de la voie de contournement (qui n’est vraiment pas pour demain), on fait tout simplement envoyer le problème chez le voisin parce que le faux-plat de Nantes, il sera toujours là. Le seul avantage sera que si jamais un train part à la dérive, il ne risquera pas d’entrer dans un centre-ville bondé. D’ailleurs, à regarder à la vitesse à laquelle évolue la reconstruction, on va attendre encore un bout de temps avant d’avoir ce fameux centre-ville tout vivant.

Donc, si on opte pour le statut quo, des matières dangereuses vont continuer de circuler au centre-ville. Il y en a déjà et il y en aura toujours comme il y en avait depuis des décennies. La seule chose qui me chicote est la saloperie de Bakken mais là, on devra voir si l’exploitation de cette ressource est payante pour les pétrolières. À 50$US le baril, ce n’est peut-être pas assez payant.

Alors, on remet le triage au centre-ville, sur un terrain plat avec des normes de sécurité resserrées comme d’éliminer la courbe à 8% qui, soit dit en passant, a été construite sous une précédente administration municipale. Au BAPE, on a parlé de l’implication des citoyens dans le processus. C’est certain qui si le travail avait été fait en toute transparence, quelqu’un se serait levé pour demander une courbe moins prononcée.

Pensez-y bien, l’élément le plus dangereux, actuellement, est le fait qu’on fait du triage sur un faux-plat. Le BAPE a probablement raison de nous demander d’explorer plus à fond le statu quo avec quelques modifications.