L’attaque à la Mosquée de Québec…

Un geste isolé?

Je vais passer outre à toutes ces manifestations de tendresse et d’affection entre Québécois et à l’instar d’autres confrères journalistes, je vais regarder la chose froidement.

La première question qui vient à l’esprit est pourquoi poser un tel geste? Partant du fait qu’il s’agit d’un acte posé par un individu seulement, on peut écarter la thèse du complot ourdi par de méchants islamistes.

Une chose est certaine, à partir de ce qu’on peut lire de gens sérieux et non pas des vérités alternatives, il s’agit d’un jeune homme dont le profil ressemble étrangement à celui d’autres auteurs d’attentats comme celui du Parlement d’Ottawa ou l’évènement de St-Jean. Il est considéré par des gens qui le côtoient comme étant un individu renfermé qui se radicalisait vers la droite de plus en plus. On dit qu’il était un fan de Marine LePen et de Donald Trump. Il n’en fallait pas beaucoup pour le faire basculer.

C’est ici qu’une mise en garde vis-à-vis des sites de gauche ou de droite devient importante. C’est incroyable le lot d’insanités qu’on peut lire sur ces sites. Par exemple, il y en a un qui a fait un habile montage montrant Donald Trump et Barak Obama avec le croissant et l’étoile sur le mur derrière eux.  La légende disait « Bon débarras Barak Hussein Obama! ». Vous savez quoi, il n’y a jamais eu de croissant ou d’étoiles sur le mur du bureau ovale. Mais, il y a des gens qui croient ces conneries.

Le jeune Bissonnette s’est senti justifié de faire ce qu’il a fait parce qu’il trouvait partout, autour de lui, des justifications plus ou moins sensées. Étant de droite et diplômé de Sciences politiques, il sera intéressant de voir quelle était son analyse de la situation mondiale actuelle et pourquoi, dans son esprit, tirer sur des musulmans québécois dans une mosquée à Québec était le geste symbolique à poser.

La seule défense que nous ayons contre ces incidents isolés est d’être à l’écoute de ceux qui nous semblent se radicaliser, d’un côté comme de l’autre, et voir ce qu’on peut faire.

Ce sera un épisode très malheureux dans l’histoire de la Ville de Québec. Il faudra juste tirer une leçon que nous devons être très critiques face aux sites Facebook ou autres qui lancent des demi-vérités et éviter de partager ces insanités.