La voie de contournement ferroviaire…

Est-ce que c’est pour demain?

Les opinions sont partagées quant à ce projet et pour une première fois depuis le début de l’étude de faisabilité, des citoyens se sont levés en public et ont exprimé leur désaccord: pour l’un, elle coupe ses terres en deux et pour l’autre, le train passera trop près de sa maison à son goût.

Que peut-on déduire de cette situation? Certainement que ce n’est pas demain la veille qu’on va régler les expropriations. Si mes souvenirs sont exacts ( vous me reprendrez si je me trompe ), il me semble qu’on s’était donné six mois pour régler ces dossiers. Sachant que des propriétaires sont mécontents et que le maire de Lac-Mégantic va mettre dans le coup Nantes et Frontenac seulement lorsqu’il aura un tracé officiel à leur proposer, les discussions risquent d’être longues.

J’ai toujours eu une grande méfiance envers les politiciens qui se veulent rassurants. Par exemple, combien de fois les a-t-on entendus nous dire qu’ils s’occupaient de nous et que nous étions une priorité pour finalement se retourner et s’apercevoir que les bottines ne suivent pas les babines. Parmi ces arguments « rassurants », j’ai entendu que lorsque l’étude de faisabilité sera terminée, on pourra toujours faire des modifications. Je serais le premier étonné qu’AEACOM établisse un tracé et qu’on puisse jouer avec selon les humeurs des municipalités.

Alors, vous voyez maintenant pourquoi je pense sincèrement que cette voie de contournement, ce n’est pas pour demain. Comme le disait un citoyen: « Quand t’as un problème dans ta cour, c’est quoi l’idée de l’envoyer dans celle du voisin? »