J’en ai entendu des conneries de la part de politiciens dans ma carrière…

Mais, Marc Garneau vient de battre un record!

Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, la demande d’une enquête publique sur la tragédie de Lac-Mégantic tient de la théorie du complot. Oui! Selon notre ministre fédéral des Transports, exiger une enquête publique sur la tragédie tel que demandé par des citoyens, le NPD, le Bloc Québécois et le Parti vert est une hérésie qui tient du complot.

Vous venez, M Garneau, de nous prouver hors de tout doute raisonnable que votre gouvernement est à genoux devant l’industrie ferroviaire. Les incidents et accidents se multiplient depuis que le gouvernement qui vous a précédé a accordé aux compagnies de chemin de fer le droit de s’autoréguler. Avez-vous lu les livre d’Anne-Marie St-Cerny et Bruce Campbell? Ces deux auteurs, dont on ne peut mettre en doute l’honnêteté intellectuelle, font partie d’un complot qui vise à démolir l’industrie ferroviaire?

C’est de notoriété publique que les compagnies de chemin de fer n’ont qu’un but en tête: faire de l’argent. Vous vous préparez à leur offrir, sur un plateau d’argent, sans aucun déboursé pour eux, un voie de contournement qui va probablement coûter plus que les 133 millions prévus. Ce n’est pas d’être à genoux de donner, avec l’argent des contribuables, une voie de circulation à des gens qui s’emplissent les poches?

Vous savez très bien qu’une enquête publique pointerait du doigt beaucoup de gens et embarrasserait, au plus haut point, les bonzes du CN et du CP en passant par des fonctionnaires et de petites compagnies de transport par rail. Et cela pourrait mener à plus, dépendant des commissaires et de la volonté politique, chose dont vous semblez manquer totalement.

M Garneau, 47 vies perdues, un centre-ville détruit et une population qui vit encore les conséquences de cette catastrophe ne sont pas suffisants pour une enquête publique? Des gouvernements en ont mis sur pied pour moins que cela et surtout, quand il était question d’argent. Voilà, vous venez de nous démonter par cent l’à-plaventrisme de votre ministère.

Et nos deux députés là-dedans? Silence radio!