Il semblerait que nous nous portons mieux…

C’est du moins ce que révèle un document de la Santé publique.

Loin de moi l’idée de remettre en question l’entièreté du document. Cependant, lorsque je lis que le tiers des personnes rencontrées se disent moins stressées par la perspective d’une voie de contournement, je suis un peu sceptique. Si vous allez pour le moins sur les réseaux sociaux, quand il est question de cette voie de contournement, on en est à plus des deux tiers des personnes qui écrivent sur le sujet à dire de la laisser où elle est et de bâtir une gare de triage dans le parc industriel.

Ce tiers de personnes qui stressent moins représente le tiers de l’échantillonnage. Le tracé proposé est socialement inacceptable et une grande majorité des Méganticois sont d’accord. « Garrocher » le problème chez nos voisins de Nantes et Frontenac est aussi une grosse erreur, socialement parlant. Et les récentes audiences du BAPE nous ont permis constater que toutes les questions ne trouvent pas de réponse. Alors, du tiers de l’échantillonnage, combien y en a-t-il qui sont ressortis des audiences du BAPE rassurés?

On m’a présenté une caricature qu’on me priait de publier sur l’une des plateformes du Journal. J’ai été saisi par cette caricature hautement graphique. Une caricature qui exprime le dégoût et le dédain de nombreuses personnes qu’on va exproprier, enclaver ou détruire leur propriété pour le passage de cette voie de contournement. Je ne la publierai pas parce que je suis sûr qu’à sa vue, les personnes qui font juste commencer à guérir vont être encore plus saisies que moi.

Par contre, sachant qu’il faut tout de même qu’elle circule à cause du message très fort qu’elle porte, à partir de d’aujourd’hui, envoyez-moi un courriel au info@journalmrg.com et je vais vous la faire parvenir en JPG. Avertissement: c’est hautement graphique.