Hausse de taxes lilliputienne…

Équilibre entre saine gestion et développement, la pierre angulaire du budget 2018 présenté par l’administration Morin à Lac-Mégantic.

D’entrée de jeu, Mme Julie Morin, maire, a insisté sur le fait qu’il ne fallait pas augmenter la taxation: « Au départ, tout a été discuté avec comme objectif que le compte de taxes demeure au même niveau. Malgré le peu de temps dont nous avons disposé, le climat harmonieux qui régnait entre tous les intervenants a donné lieu à une grande ouverture de la part de tous. Nos concitoyens n’auront donc pas de hausse de taxes malgré un climat difficile. »

Le budget équilibré 2018 s’élève à 17 362 400$. Pour une troisième année, le compte de taxes est gelé mais on souligne tout de même une augmentation de 2,8% du budget avec 479 500$. Malgré une baisse sensible des revenus gouvernementaux, on a une colonne de plus avec les crédits de taxes venant à échéance vont permettre d’engranger 174 300$ de plus en revenus, les taxes foncières industrielles vont rapporter 153 900$ de plus et la tarification des matières résiduelles va aller chercher 22 400$ de plus. Des dispositions de terrains, des revenus de placements de portefeuille et les redevances éoliennes devraient aussi générer 320 200$ de plus. Au total, on s’attend à des revenus de 17 362 400$, d’où l’augmentation de 2,8%.

Au chapitre des dépenses, les frais de financement coûteront 61 900$ de plus, le remboursement de la dette augmente de 275 000$ et les affectations de 63 100$ de plus. Bonne nouvelles, certains organismes voient leur budget augmenté de 20 300 $ pour la Médiathèque Nelly-Arcan, de 10 000$ pour la Traversée du lac Mégantic et de 4 000$ pour Commerces Lac-Mégantic.

En ce qui regarde les organismes municipaux, on s’attend à un déficit de 148 800$ pour le Complexe Baie-des-Sables, un déficit de 1 193 800$ pour le Centre Sportif Mégantic, 258 000$ de manque à gagner pour l’OTJ et la Marina dégagera un surplus de 22 800$.

Il y a une seule augmentation dans tout ce budget. Toutes les taxes demeurent au même niveau sauf celle prélevée pour le bac noir qui passe de 99$ annuellement à 102$. Les Méganticois ont été un peu brouillons dans leurs choix écologiques et envoyé plus de tonnage à l’enfouissement et on calcule également une très forte augmentation des frais demandés par l’entreprise Valoris. Le taux ayant pratiquement doublé, les élus municipaux ont dit voir des solutions de rechange dans à moyen ou long terme.

Quant au programme triennal d’immobilisation, on prévoit des investissements de 18 721 300$ en 2018, 4 286 200$ en 2019 et 1 325 000$ en 2020.  Fait intéressant, la grande majorité de ces projets sera réalisée grâce à des subventions des divers paliers de gouvernement. Par exemple, un accès universel à l’hôtel de ville coûtera 585 000$ mais sera subventionné à hauteur de 409 500$. Avec les subventions et la participation de partenaires, sur un total de 4 315 000$, la future caserne d’incendie coûtera aux contribuables 873 000$. Autre projet, la réhabilitation de l’ancienne scierie à Fatima devait coûter 7 315 300$ mais avec les subventions et la participation de partenaires, il ne devrait rien coûter à la ville. Par contre, quelques projets devront être financés à 100% par la Ville tel que la réfection de la station de pompage Pierre-Bédard pour 500 000$, le barrage du Lac aux Araignées pour 50 000$ et l’achat d’équipements pour l’usine d’épuration pour 44 400$. Mme Morin poursuivait: « Au total, pour tous ces projet, une fois calculés les subventions et les partenariats, la Ville ne devrait débourser que 1 828 200$. Nous nous sommes fixés une limite de 2 millions par année dans ce programme et nous allons nous y tenir. »

Autre fait intéressant, le budget municipal sera, en quelque sorte, un « work in progress » puisque les conseillers François Jacques et Denis Roy le suivront de près jusqu’à l’étude du budget 2019 en octobre prochain. La directrice générale, Mme Marie-Claude Arguin ajoutait: « Un budget équilibré est toujours un défi d’année en année. Au retour du congé des Fêtes, le mot d’ordre est passé que toute l’équipe travaillera à réaliser les objectifs qui ont été fixés. »

Mme Morin terminait: « La saine gestion, dans notre optique, est d’optimiser les sommes aux bons endroits. Il faut avoir une vision à long terme et voir les choses autrement. Autour de la table, nous avons une belle synergie et nous travaillons ensemble au développement de notre ville pour attirer une nouvelle population. C’est le moment ou jamais de nous redéfinir et nous avons une volonté de trouver des solutions qui auront un impact à long terme! »