Écoeuré de lois nulles!

La Loi 59, celle qui doit régir la liberté d’expression, elle est de trop.

Quand c’est rendu qu’un gouvernement passe une loi pour encadrer la diffamation, sous diverses formes, allant au-delà du jugement du grand public, on est comme dans la m… Ce gouvernement porte une atteinte directe à la liberté d’expression qui fait de notre société ce qu’elle est. Ai-je besoin de vous rappeler qu’en Arabie Saoudite, où la liberté d’expression n’existe pas, on a enfermé et fouetté un citoyen canadien pour des propos jugé diffamatoires? Ces gens qui ont à juger ces propos, ils le font comment? À partir de leur culture générale? À partir de leur religion?

Un vieux principe philosophique veut que ta liberté s’arrête là où celle des autres commence. C’est une simple question de jugement. Je n’ai pas besoin d’un gouvernement pour me dire ce que je dois écouter et voir ou pas. C’est mon affaire! Nous avons déjà des articles de loi qui régissent les propos haineux et autres actions du même acabit. On a aucun besoin d’une loi qui va encore plus loin.

Vous voulez un exemple des dangers qui nous guettent selon le côté de la clôture où vous serez? Rappelez-vous ce sketch de Jean-Marc Parent qui débutait alors qu’il imitait une personne handicapée en fauteuil roulant. Les esprits étroits y ont vu un humoriste qui se moquait des personnes handicapées. Moi, ce que j’y ai vu, c’est un texte qui, sous le couvert de l’humour, faisait réfléchir sur l’accessibilité aux lieux publics pour les personnes en fauteuil roulant. À l’époque, les rampes d’accès aux restaurants n’étaient pas communes. Souvent, les portes n’ouvraient pas dans le bon sens et c’est sans compter le malaise qu’éprouvent certaines personnes à aider une personne handicapée. Alors, les premiers condamneraient ce sketch et d’autres l’approuveraient. Il y a cependant des limites que franchissent les Mike Ward de ce monde. Sous le couvert de l’humour, il crache du venin. Ce n’est plus du divertissement, c’est du défoulement et il y a des gens qui aiment ça. Irait-on jusqu’à le mettre en prison après avoir comparu devant un tribunal de bien-pensants parce qu’il s’est moqué du petit Jérémy? La punition que vous pouvez lui donner, c’est de ne pas assister à ses spectacles en guise de protestation. Mais, le Bon Peuple étant ce qu’il est, il lui a donné l’Olivier du meilleur humoriste, chose avec laquelle ma liberté d’expression me permet de ne pas être d’accord.

Ce gouvernement  a déjà suffisamment mis la province à terre sans maintenant aller jusqu’à décider de ce que nous allons penser. J’ai honte de ce gouvernement.