Donald Trump et Gaétan Barrette…

Pas mieux l’un que l’autre!

Commençons par la définition du mot « mégalomane »: qui manifeste des idées de grandeur et un orgueil excessif. Est-ce que ça vous dit quelque chose?

Allons-y avec Trump. Aux nouvelles ce matin, on nous apprenait qu’en discussion privée, il mettait encore en doute le fait que Barak Obama soit né aux États-Unis et que les extraits d’un reportage tourné par Access Hollywood étaient des « fake news ». Avec la montée du ti-cul de Corée du Nord qui n’est peut-être pas encore capable de viser des cibles américaines mais qui s’en approche dangereusement, plusieurs analystes se demandent si Trump est capable de gérer la situation. Un expert allait plus loin en se posant la question à savoir, si dans ce dossier particulièrement explosif, Trump a la crédibilité face à la Chine, à la Russie, au Japon et à la Corée du Sud pour avoir un minimum de pouvoir de négociation. Un sondage panaméricain démontre que 66% des Américains se posent des questions sur les capacités de Trump à gouverner. Un autre expert ajoutait que depuis qu’il est président, Trump n’a cru qu’à ses propres vérités. Tout ce qui ne vient pas de lui ne peut qu’être faux. Il est même allé jusqu’à défier son Secrétaire d’État à faire un test de QI et, naturellement, il a signifié qu’il gagnerait haut la main. Cet individu est dangereux. Des élections s’en viennent en Alabama. Il soutient un candidat républicain sur qui pèsent des allégations d’agressions sexuelles. Il ne l’appuie pas publiquement mais il ne le répudie pas non plus, contrairement à plusieurs membres de son parti. Si le démocrate gagne cette élection, suite à la catastrophe républicaine de Virginie, il ne passera pas Noël.

Et notre cher ministre de la Santé. Il ne vaut guère mieux. Ses réformes causent un marasme sans précédent dans le système de santé. Il semble être le seul à trouver que les choses vont bien. Le personnel est démotivé. À mots couverts, bien des médecins disent qu’ils se passeraient bien de ce monstre qui en mène trop large. Son projet Opti-Lab de regroupement des laboratoires est une aberration trop peu décriée par les personnes concernées. Le système ambulancier souffre aussi du manque d’empathie de cet individu vis-à-vis la population et le personnel de la santé. Il n’est pas un patron respecté, c’est un despote craint. Il y a toute une différence. Dernièrement, un journaliste a montré une entrevue qu’il avait réalisée avec Barrette quand il a viré capot de la CAQ au PLQ. Pourquoi décider en si peu de temps de changer de camp? Vous auriez dû le voir faire la vierge offensée devant ce méchant journaliste qui osait lui poser une question à laquelle il ne pouvait répondre sans avoir l’air fou. Avez-vous remarqué que seulement le ministre donne des entrevues sur les services de santé? Il est au sommet et quand il va se faire débarquer, son successeur aura pas mal de pain sur la planche pour remettre les choses « d’équerre ».