Deuxième candidat à la mairie

Après quelques années de réflexion, M Ronald Martel a décidé de faire le saut en politique municipale.

Le 5 septembre, il a annoncé officiellement sa candidature à la maire de Lac-Mégantic. Il s’est défini comme le candidat du changement et du bon jugement: « D’après moi, il faut améliorer l’attitude et les pratiques de l’administration municipale méganticoise qui doit devenir falicitatrice à l’égard des projets de promoteurs pour que se réalise enfin, de façon positive, la reconstruction du centre-ville puisque son retard affiche actuellement un retard injustifié et désolant. »

D’ici peu, il entend publier son « Credo pour une meilleure Lac-Mégantic », livrant ainsi les motivations de sa candidature à la mairie. Il a cependant levé le voile sur son programme électoral auquel il donne les mots-clés de leadership, honnêteté, transparence, travail d’équipe et bon jugement. Il entend donc:

  • établir une orientation municipale afin de faciliter le travail de l’entreprise privée et de promoteurs privés;
  • travailler à la réalisation de la voie de contournement ferroviaire au plus tôt;
  • réévaluer en impliquant la population dans le choix du site de la future caserne;
  • travailler à l’implantation du l’Institut en culture de sécurité industrielle Mégantic;
  • ramener une rigueur administrative dans les finances de la Ville;
  • oeuvrer pour la réalisation d’un complexe hôtelier au centre-ville;
  • réévaluer la restauration du site Billots Sélect Mégantic.

À propos de la voie de contournement ferroviaire, M Martel ajoutait : « Je suis d’accord avec la Coalition de citoyens qui réclament la voie de contournement. Nous allons veiller à ce que ce dossier soit réévalué et faire comprendre aux parties que le statu quo ou le statu quo amélioré ne sont pas des solutions. La population doit être consciente des conséquences de ce dossier et nous allons nous asseoir avec Nantes et Frontenac. »

Finalement, quant à l’avenir du centre-ville, M Martel terminait: « Après quatre ans, les résultats ne sont pas là avec peu de projets en marche. Il faudra analyser la situation actuelle et y apporter les correctifs nécessaires pour faciliter le travail des promoteurs. Il y aurait peut-être des règles à assouplir pour qu’on puisse avancer plus vite que dans les quatre dernières années. »