Des restaurateurs sont inquiets…

Et même très inquiets! Ont-ils allumé une mèche?

Vous pouvez le lire dans la section nouvelles, que jusqu’ici, 19 restaurateurs de Lac-Mégantic et des environs immédiats ont signé une lettre demandant au conseil municipal de se pencher plus avant sur l’éventuelle venue de deux restaurants de bannière restauration rapide.

Celui qui vous écrit, c’est celui qui a passé plus de dix ans comme administrateur à la Corporation Rues Principales Lac-Mégantic. Alors, le commerce et services, j’ai eu l’occasion d’en discuter. Avant d’aller plus loin, je me dois de vous préciser qu’au Canada, on ne peut pas interdire le commerce tant qu’il se tient dans la légalité. Ceci dit, l’une des seules armes qu’un conseil municipal aurait pour interdire l’installation d’un commerce, c’est le zonage. Certains se sont déjà servis de cet outil pour limiter les bars de danseuses aux parcs industriels.

Nous allons laisser ce dossier suivre son cours par les intéressés. Là où je veux aller, c’est le fait que cette venue de nouveaux commerces met clairement en lumière le fait que la Ville de Lac-Mégantic n’a pas encore pris le temps de se pencher sur le mix commercial que nous voulons dans nos limites municipales. C’est le Far West en ce  moment. Avec un plan de développement du commerce et services clair en main, il est possible de faire de la prospection vis-à-vis des promoteurs dans des secteurs bien précis.

Quand le Professeur Jacques Nantel est venu à Lac-Mégantic, il y a quelques années, il avait donné des pistes de solutions très intéressantes quant à l’avenir du centre-ville. Que veut-on dans ce centre-ville? Est-ce qu’on privilégie les boutiques spécialisées? Est-ce qu’on se dirige vers un type de commerces de détail axés sur l’expérience-client? Où porterons-nous nos efforts de diversification sans nuire à la Promenade Papineau? Veut-on un moteur comme un magasin de détail de grande surface pour attirer des commerces au centre-ville? Quel genre d’offre veut-on donner à la clientèle de la ville centre? Comment allons-nous augmenter le trafic dans nos différents commerces?

Il faut, dès maintenant, que le monde du commerce et services tente de trouver des réponses à ces questions et revienne avec un plan à soumettre aux autorités municipales. Dans ce plan, il sera naturellement question de zonage mais aussi de ce qu’on a en trop dans l’offre et ce qui nous manque dans la demande. On en a pour quelques semaines, c’est sûr, mais l’exercice en vaut la peine.

Par exemple, si ce que la rumeur dit que deux restaurants s’ajouteraient à ceux existants, on en serait à 29 et je vous signale qu’un bâtiment au centre-ville peut accueillir un nouveau restaurant et qu’on en prévoit un dans le Colibri. Quand allons-nous nous occuper du commerce de détail qui est l’une des clés de voute pour attirer une clientèle qui va permettre aux restaurants de vivre. Posez-vous très sérieusement cette question, s’il-vous-plaît.

En dernière heure, nous apprenons que des investissements totaux de 532 384$ ont été accordés dans le cadre du Fonds d’aide à l’économie de Lac-Mégantic. Outre une aide financière de 248 692$ (contribution non-remboursable et garantie de prêt ) à la construction d’un centre d’entreposage et de manutention de grains et de céréales dans le parc industriel, Commerce Lac-Mégantic reçoit 25 000$ sur un investissement de 50 000$ en appui à des initiatives d’une centaine d’entreprises du secteur commercial en lien avec le développement de marchés. Souhaitons qu’on ne passera pas quelques années à discuter mais qu’on va concrétiser des projets au cours des prochains mois.