Des règlements inacceptables…

Les pétrolières pourront explorer et exploiter près des sources d’eau potable!

On savait déjà que notre ministre de l’Environnement et son gouvernement n’étaient pas forts en matière d’environnement mais les nouveaux règlements qu’ils entendent soumettre pour aider les pétrolières ont de quoi vous faire dresser les cheveux sur la tête.

En gros, les pétrolières auront le droit d’explorer (fracturation permise) près des lacs et des rivières, sinon en plein dedans et aussi des nappes phréatiques. Quand on sait que ce sont des sources pour l’eau potable pour tout le monde au Québec, qu’est-ce qui peut bien pousser ceux qui doivent gouverner avec discernement à faire preuve d’un tel laisser-aller?

Notre bon ministre nous a dit que les études scientifiques à l’encontre de ces règlements n’apportent la preuve hors de tout doute, que cette exploitation et même cette exploration met en danger les sources d’approvisionnement en eau potable. Mais, a-t-il appelé les experts de Donald Trump pour faire une affirmation aussi absurde?

On voit ici que le lobby pétrolier est très puissant. On voit aussi que votre bien-être n’est pas la priorité de ce gouvernement. Que pouvons-nous faire?

Si vous contestez par règlements municipaux ce genre d’exploration, les pétrolières vont vous amener en cour et s’organiser pour vous faire taire. Ils peuvent vous traîner pendant des années, si ça leur chante. Et voilà, c’est toute la considération que votre gouvernement a pour vous. Prenez Restigouche. Une toute petite municipalité qui est obligée d’aller en financement social pour pouvoir garder en vie sa poursuite contre une pétrolière. Si des pétrolières décidaient d’aller faire de l’exploration à 500 mètres du lac ou de la nappe phréatique, pensez-vous sincèrement que c’est vraiment sans danger?

Nous avons un premier ministre qui dit une chose de la gauche de la bouche et une autre de la droite. Il se targue d’être pour un environnement sain et d’être conscient des changements climatiques mais il se fout éperdument de voir des municipalités perdre leurs sources d’approvisionnement en eau potable. Je me demande bien si ces nouveaux règlements ne mettent pas fin au projet d’aller exploiter la section de Old Harry qui se trouve à l’intérieur des limites du Québec.