De l’eau d’érable « verte »

La Caisse Desjardins du Haut-Saint-François a annoncé la participation de Desjardins au projet d’un centre acéricole et de services acérico-forestiers pour l’Aménagement forestier coopératif des Appalaches (ACFA). Ce projet profitera d’un investissement totalisant 175 000$, issus du Fonds du Grand Mouvement. Le projet consiste à mettre en place un centre qui permettra d’offrir le service de bouillage en commun, mais surtout une panoplie de services acéricoles, qui aidera à structurer leur communauté en aidant à résoudre en partie, à la pénurie de main-d’oeuvre et permettre le maintien des entreprises acéricoles familiales de producteurs de sirop d’érable. Plus précisément, l’apport de Desjardins facilitera la construction d’un centre de bouillage qui utilisera l’électricité plutôt que les énergies fossiles pour l’évaporation de l’eau d’érable. Ce centre sera à la fine pointe de la technologie et développera des projets de RS&DE pour amener plus loin ce merveilleux monde acéricole. Le projet permettra de produire du sirop d’érable avec très peu de GES et selon les normes de plus en plus exigeantes pour l’exportation des produits d’érable biologiques et répondant aux normes californiennes.

« Le projet de l’AFCA revêt un caractère tout spécial puisqu’il allie environnement et développement socioéconomique, » a déclaré M Daniel Lamoureux, directeur général de la Caisse Desjardins du Haut-Saint-François. Le Fonds du Grand Mouvement permet justement de soutenir des projets novateurs et structurants à travers le Québec, et ce, dans une perspective de développement durable. « Pour la région, le projet représentera un apport certain à la vitalité socioéconomique, sans compter ses retombées positives sur le développement durable de notre région, et ce, autant au niveau économique, social qu’environnemental, par les projets de recherche et développement qui y seront réalisés dans une approche globale. Nous désirons devenir un outil de développement dans notre région. Le centre acéricole, innovant par sa technologie, positionnera la coopérative comme un acteur important spécialisé dans le domaine acéricole qui pourra, grâce à son équipe et ses membres, trouver des solutions innovantes dans le domaine. » soutient Monsieur Nicolas Fournier, directeur général de l’AFCA.

Fondé en 1974, l’Aménagement forestier coopératif des Appalaches (AFCA) est un groupement forestier ayant pris un virage coopératif en 2012. Depuis sa création il y a plus de 45 ans, AFCA est spécialisé dans l’aménagement forestier et le développement durable des ressources forestières. Notre coopérative est située dans la magnifique région de Mégantic, riche en paysage et diversité, ce qui amène beaucoup de possibilités et de défis pour l’aménagement des forêts. Notre coopérative regroupe quelques 856 propriétaires, possédant près de 60 000 ha de forêt, chacun ayant des attentes différentes face à son boisé. Ainsi, ces propriétaires peuvent compter sur notre équipe dynamique et multidisciplinaire pour bénéficier d’un large éventail de travaux de mise en valeur, pouvant inclure l’aménagement faunique et multiressources, l’aménagement acérico-forestier et la récolte de bois manuelle et mécanisée. Nous portons également attention aux nouvelles connaissances et technologies, à l’établissement de partenariats et aux essais terrain afin d’offrir un service de qualité. Depuis 2017, notre coopérative est devenue productrice acéricole. Cela permet non seulement de diversifier nos activités, mais également de développer une expertise dans ce domaine. 2020 marque le début de la construction d’un centre acéricole à la fine pointe de la technologie et innovant au point de vue de la transformation de l’eau d’érable « verte ». Ce centre sera non seulement un lieu de bouillage, mais bien un centre acéricole qui offrira aux membres des services complets en acériculture afin de répondre au problème de pénurie de main-d’oeuvre, de relève et d’infrastructure désuète face aux nouvelles et sévères normes californiennes. L’acquisition et le transfert des connaissances de pointe sur les travaux acérico-forestiers, favoriseront la productivité acéricole des propriétaires de boisés dans l’ensemble de notre région. Ce savoir-faire permettra de revaloriser les érablières non exploitées ou sous-exploitées et contribuera à revitaliser les milieux ruraux. ( Source: Nicolas Fournier )