De la belle visite, c’est tout!

C’est gentil de venir nous voir mais quand ce n’est qu’une opération de relations publiques…

Effectivement, le ministre Marc Garneau a tenu parole et est venu rencontrer des élus et la population. Il a été très affable avec les personnes présentes avant de commencer l’assemblée dite d’information. Le mot information est un peu fort parce qu’en bout de ligne, le ministre n’a fait que répéter que la sécurité ferroviaire était sa priorité, qu’une centaine d’inspections avaient été faites dans la région et que Transports Canada faisait plus d’inspections. Et voilà, aucun engagement ferme, aucune promesse, rien! La chose a quelque peu frustré les personnes présentes. On sentait bien une oreille attentive, sans plus. La voie de contournement, le transport de matières dangereuses, une voie ferré en laquelle on a pas confiance, des possibilités d‘expropriations, tels sont les thèmes, en gros, qui ont été abordés. Le ministre est parti presqu’en coup de vent vers Toronto et tout le monde est resté sur sa faim.

Quand le président de CMQ, John Giles, s’est présenté au micro, on sentait aussi l’opération de relations publiques mais, à son avantage, il aura au moins été très clair dans sa présentation. Et j’ai tendance à lui donner mon absolution, surtout à cause de sa réponse à la demande de cesser de transporter du propane. Il n’a pas pris de faux fuyants et déclaré que ce transport de propane était nécessaire pour les habitants du Maine et que oui, sans le propane, la compagnie ne serait pas rentable juste avec le transport de produits du bois, donc, pas de réinvestissement. Il a avoué que lorsque sa compagnie a pris la relève de MMA, le circuit était en mauvais état puisque cette dernière ne faisait pas de profits, semble-t-il, et n’investissait rien autant en équipements qu’en formation. Deux lacunes auxquelles son équipe s’est attaquée.

Maintenant, il nous reste à attendre cette soirée où on présentera des données préliminaires sur l’éventuelle future voie de contournement. À partir de là, on va avoir une vague idée de la suite des choses.