Comment peut-on suivre un mégalomane?

Plus il avance dans sa présidence, plus Donald Trump prend ses désirs pour des réalités!

On peut sincèrement se poser des questions sur son état mental. Ce qu’il a dit en fin de semaine nous laisse perplexes. Il en dit beaucoup mais quand il affirme qu’il aura son mur coûte que coûte, quitte à ce que le quart de la fonction publique américaine reste à pied des mois, sinon des années, et qu’il ajoute qu’il est de tout cœur avec ces fonctionnaires qui l’appuient à 100% dans sa démarche, croyez-vous sincèrement qu’il a toute sa tête?

Le pire, ce sont des gens que je crois intelligents qui le suivent aveuglément. On dirait un guru. Il n’a pas l’envergure criminelle d’un James Mason ou d’un Jim Jones, mais quand on entend des gens tenter de justifier ses frasques, on peut sérieusement se demander s’il n’entraîne pas dans son sillage des personnes qui, autrement, verraient les choses d’un autre œil.

On a tenté une procédure de destitution contre Bill Clinton pour des gestes à caractère sexuel et on ne fait rien contre un imbécile ignare qui prend tout ce que fait la Russie avec des pincettes mais qui fout le bordel sur la planète partout où il y a une présence américaine.

Je conseillerais aux Américains de se débarrasser de cet énergumène le plus vite possible mais pas par destitution. Un stratège démocrate croyait plutôt qu’il faut s’attaquer à sa base, ses affaires, sa famille et ses proches collaborateurs.

Et, de plus, avec ses guerres tarifaires qu’il mène un peu partout sur la planète, plusieurs entrepreneurs et producteurs agricoles qui ont voté pour lui se demandent sérieusement s’il vont faire de même en 2020. Juste pour vous dire, un producteur de soja perd 2$ le boisseau parce que la Chine n’en achète plus aux États-Unis et que le prix a chuté à cause de la surabondance ou les producteurs de porcs perdent, en moyenne, 25$ par tête parce que le Mexique a répliqué aux mesures tarifaires de Trump.

Trump, le sauveur de l’Amérique? Il n’y a que lui qui y croit et ceux qui se prosternent à ses genoux.