Chialez-vous après les bonnes personnes?

Allez faire un saut sur Facebook ou d’autres plateformes et vous verrez une multitude de commentaires désobligeants envers, surtout, François Legault. C’est dans la Nature humaine de toujours chercher des responsables quand les choses ne vont pas à notre goût. Alors, on se tournera bien évidemment, vers des personnages publics en les accusant de tous les mots.

Justement, c’est l’entre-deux, entre le gouvernement et les travailleurs de la santé que le bât blesse. Quand des fonctionnaires déconnectés de la réalité à Québec donnent des ordres, ils descendent vers les régions. Il faut préciser que ces fonctionnaires se sont réunis beaucoup pour arriver à des décisions qui sont communiquées au Premier Ministre qui, ensuite, nous en fait part dans ses conférences de presse. À moins que ce ne soit quelque chose de très visible, comme un couvre-feu, ce qui descend fera aussi l’objet de multiples réunions. Si bien qu’il s’écoule pas mal trop de temps entre la décision (des fois bizarre) à Québec et son application sur le terrain. C’est pour cela que je vous dis que vous ne tapez pas sur le bon clou.

On compare souvent le ministère de la Santé à un paquebot qu’on essaierait de faire tourner avec une paire de rames. Et les conneries de Gaétan Barrette n’ont rien amélioré, bien au contraire. En centralisant, on oublie qu’il y a des gens sur le terrain. On fait des réunions, on prend des décisions desquelles personne n’est responsable et on demande aux gens de terrain déjà débordés d’appliquer des règles qui, parfois, ne font pas tellement de sens.

Parlant de bon sens. La CNESST vient d’en lâcher une belle. Une entreprise québécoise met au point un masque approuvé par le ministère québécois de la Santé et, si je ne m’abuse, Santé Canada. Mais, les vénérables fonctionnaires à la réunion facile ont décidé qu’on ne pouvait pas les utiliser parce, selon eux, il fallait avoir une approbation de la… FDA aux États-Unis. Mais c’est quoi ce bordel? Nos gens ne sont pas assez intelligents pour approuver un produit qu’ils jugent approprié. Bien non! On s’est réuni et on a décidé qu’il fallait que les Américains l’approuvent avant qu’on l’utilise. Parlez-moi d’une bande d’abrutis sans génie.

Vous cherchez quelqu’un à qui mettre la faute sur les mesures que nous devons suivre et la lenteur avec laquelle certaines de celles-ci sont appliquées? Vous voulez taper sur ceux qui n’écoutent pas les gens de terrain et qui arrivent avec des décisions parfois assez saugrenues? Alors, pensez aux fonctionnaires qui fonctionnent entre le Premier Ministre et son Cabinet et les travailleurs de la santé qui sont de plus en plus taxés par des décisions aberrantes.