Berthold se rallie à O’Toole

Après une course au leadership qui a duré 8 mois, les membres du Parti conservateur ont choisi Erin O’Toole pour affronter Justin Trudeau dans le cadre des prochaines élections fédérales. « Erin O’Toole est un chef déterminé, près des gens, qui va non seulement unir le parti, mais nous amener vers une victoire conservatrice contre Justin Trudeau », a estimé Luc Berthold, député de Mégantic-l’Érable.

« La course à la chefferie s’est avérée la plus populaire de l’histoire canadienne, tant au niveau du nombre de membres que du taux de participation au scrutin. Quatre candidats étaient de la course, représentant les différents points de vue des membres. Même si j’avais donné mon appui à Peter Mackay, qui a terminé deuxième, je suis très fier du résultat et du choix des membres. » La vitesse à laquelle les membres du Parti se sont ralliés au nouveau chef témoigne d’ailleurs selon le député Berthold de l’attitude de leader et de rassembleur d’O’Toole. Le nouveau chef a démontré dans son discours de victoire une belle maitrise du français, et il a accordé beaucoup de place au Québec. « Le parti conservateur avait besoin d’un chef rassembleur et Erin O’Toole a fait la démonstration qu’il pouvait unir les troupes », poursuivaitait le député.

Quant à M O’Toole, il avait ce message : « Que vous soyez noir, blanc, brun ou de toute race ou croyance. Que vous soyez LGBTQ ou hétéro. Que vous soyez un Canadien autochtone ou que vous vous soyez joint à la famille canadienne il y a 3 semaines ou 3 générations. Que vous soyez prospère ou que vous vous en sortez à peine. Que vous priez les vendredis, samedis, dimanches ou pas du tout. Vous êtes une partie importante du Canada et vous avez une place au Parti conservateur du Canada! »

« Je serai fier de servir les citoyens de Mégantic-l’Érable avec un chef comme Erin O’Toole. Il est un homme droit, de famille, avec de l’expérience et une vision réaliste du Canada. Comme il le dit lui-même, il n’a peut-être pas un nom de famille célèbre (comme Trudeau), mais il va se battre pour les Canadiens! », terminait M Berthold.